19 et 20 ans, manoeuvres. Ayant cédé à son fils et à sa bru ses biens en viager, le fermier est pris d'une hargne à leur encontre. Le 25 avril 1895, Bartoli et ses sbires l'enlevèrent pendant qu'il dormait, avant de l'attacher à un arbre près du moulin de Taviano, de lui crever les yeux, de lui couper les yeux, la langue et de l'émasculer. Entre par effraction, le 27 juillet 1924, dans le jardin de la veuve Chevallier, 76 ans, rentière à Solesmes, et tire depuis la fenêtre deux balles dans la tête de la vieille dame avant de fouiller les lieux pour voler 140 francs. Tente de tuer un gardien de la centrale de Riom en le frappant à la tête le 22 mai 1878. Assassine le 07 janvier 1882 sa maîtresse Claudine Bardin, 21 ans, chanteuse de café-concert à Châlons-sur-Marne, qui l'avait laissé tomberà cause de sa violence et de son intransigeance. Proust, 46 ans, cultivateur. 23 ans, vannier. Marie-Jeanne est condamnée à perpétuité. Grâciés le 17 août 1892. Un des autres évadés, Germain Labarraque, est abattu par les gendarmes. Il réclama qu'on le rembourse. Ses deux complices sont condamnés à perpétuité. Tente d'assassiner à coups de revolver et de marteau le 05 septembre 1906 à Marseille les époux Bouverot, changeurs, pour les voler. Tue à coups de sabot le 30 janvier 1886 la veuve Psarski à Vendeuil pour lui voler son argent. Versailles (en lieu et place des assises du Nord). 39 ans, Allemand, valet de ferme. Domestique à Loché chez les Aubry, licencié le 5 décembre 1886 à cause de son tempérament et du braconnage, tira le soir-même un coup de fusil sur le garçon de ferme Cottineau, 20 ans, puis revient à la ferme, tire sur M. Aubry et une domestique, en les ratant, puis sur Mme Aubry et ses deux enfants, les blessant gravement. 20 ans, journalier. 29 ans. Grâcié le 31 juillet 1880. Détenu à la centrale de Poissy pour vagabondage et outrage à magistrats, tente d'assassiner le gardien Hamelin, le 15 octobre 1874, d'un coup de barre de fer. 32 ans, valet de ferme. 30 ans, souteneur. 33 ans, domestique de ferme. Alias "baron Didier de Castilly", 28 ans, neuf condamnations, libéré de la centrale de Gaillon le 07 octobre 1886 après treize mois de prison pour attentat public à la pudeur. Soupçonné de dix-huit viols au total. Incarcérés à Saint-Brieuc. PARRICIDE. 21 ans et tous trois soldats au 26e régiment d'infanterie de Nancy. Le quatrième larron capturé, Garcia, 29 ans, est condamné à dix ans de travaux forcés. 49 ans, Italien, chef d'orchestre et proxénète. Arrêt cassé. Alexandre Jouanneau, le troisième complice, est condamné à vingt ans de travaux forcés. Abat à coups de fusil, le 27 octobre 1903 à Bully François Ducros, négociant. Sous prétexte d'acheter de la paille, il se fait offrir un verre de vin et tue la veuve Rollin à coups de maillet et d'un poids de 5 kgs avant de voler 2.400 francs en or. 31 ans, harki, voulait épouser la veuve de son défunt frère Zine, Thuyet Abdelmajid, 34 ans, d'origine Annamite. Face à son refus, Gautier abat le fermier avec son fusil. Egorge à Digulleville la veuve Aubrais, 92 ans, le 21 janvier 1912 pour voler huit oeufs qu'il avale avant de partir. Les autres membres de la bande sont condamnés à des peines allant de la perpétuité (pour le chef de la bande, René Jean, et son lieutenant Francesco di Sena) à cinq ans de réclusion. PARRICIDE, 21 ans, vigneronne. Son complice, Jean-Jacques Pitet, agriculteur, 23 ans, est condamné à sept ans de réclusion. Supprima les enfants nés viables de ses deux grossesses naturelles au printemps 1870 et dans la nuit du 2 au 3 janvier 1873 à Fresné-la-Mère. Crime commis pour de l'argent : le meurtrier n'en trouva pas. Réfugié dans la région bordelaise. Tue le 08 décembre 1893 la vieille Mme Blandine Vancoppenole et ses deux petits-enfants, Edmond et Palmyre Tanghe (8 et 5 ans), avec une barre de fer, à Leers. Les sévices qu'il lui infligeait nombreux : enfermée dans l'étable aux porcs, ou devant passer la nuit dans un arbre en plein hiver, tout en étant battue quotidiennement. 27 ans. Battent à mort et étranglent avec une serviette Henriette Boulogne, veuve Alba, tenancière d'un hôtel rue Croix-des-Petits-Champs (1er arrondissement) le 27 mai 1918 et dérobent environ 5.000 francs en bons de la Défense nationale et billets de banque. Agresse un couple de vieillards, les Copello, dans leur maison de Villefranche-sur-Mer le 07 février 1883, tuant le mari de plusieurs coups de couteau et manquant tuer l'épouse, volant 20.000 francs, trois montres et des bijoux. Cambriolant le 07 mai 1911 le mas de M.Roux, au lieu-dit "mas Proal", entre Arles et Tarascon, étrangle et étouffe avec un mouchoir le propriétaire des lieux, avant de le fouetter avec un martinet pour lui faire avouer où il cache son argent. Le 20 août 1945, s'introduit rue Boileau, à Lyon, chez le nommé Marandon, en son absence, et assomme et étrangle sa maîtresse, Suzanne Mus, avant de la ficeler dans une couverture et de voler 10.000 francs, du savon et du beurre. Abat le 22 octobre 1878 de six coups de revolver M.Pacot, aubergiste à Marcilly-sur-Tille, son logeur, pour se venger d'une retenue sur son loyer s'élevant à... 7 francs 55 (retenue correspondant à la somme non réglée par Caulet au mois de septembre, plus les intérêts). Incarcéré à Douai. Condamné en Lozère à cinq ans de prison pour vols, blesse d'un coup de serpe, le 05 mars 1892, le gardien Pavy, à la maison centrale de Beaulieu, suite à une observation de ce dernier. 30 ans, garde-chasse. Condamné par le Tribunal d'Etat pour avoir provoqué trois avortements. Crime commis pour de l'argent : le meurtrier n'en trouva pas. Modeste, frappé également d'un coup de pot à lait, reçoit onze coups de couteau, dont deux au poumon, mais survit ; Joséphine, elle, est indemne : sa coiffe a été déchirée par la lame, sans que sa tête ne soit touchée ! Grâce rejetée le 10 juillet 1946. Mineur, carrier et agriculteur. Tua Mlle Coppin ou Coquin à Berck (qu'il nie) et la veuve Verger, 75 ans (qu'il avoue), à Rang-du-Fliers, le 09 mars 1890, de trois coups de couteau dans la gorge et la poitrine. Rêvant de devenir coureur cycliste et croyant qu'il lui fallait 50.000 francs pour y parvenir, assassine à Rieux-en-Cambrésis le 27 septembre 1950 sa patronne Mme Petit, cultivatrice, 48 ans, et sa fille de 12 ans. Manouvrier, 36 ans. Deux de ses complices, Asso et Toralba, se réfugient en Espagne. 26 ans. Grâcié le 21 juillet 1903. 38 ans, maçon italien. Le crime avait été échafaudé par Marie-Apolline Lecesne, épouse Lambert, 22 ans, femme de François, le neveu de Lambert, lequel, mécontent de leur attitude, avait l'intention prochaine de les deshériter. Assassina le 30 août 1909 Jules Louis garçon de recettes, dans le train Epernay-Reims, pour lui voler 18.000 francs. La veille de sa condamnation à mort, il écope de 20 ans de travaux forcés pour avoir commis sept cambriolages près de Dinard. Etrangle et viole Virginie Le Saulnier, mineure, fille de sa patronne à Trégneux le 13 juillet 1874. 27 ans, mécanicien. Lucian est grâcié et sa peine commuée en 20 ans de travaux forcés. Chef de la "Bande d'Albert", une bande de 15 pillards qui écumaient les fermes de Picardie entre 1944 et 1948, auteurs de onze vols à main armée, de deux attaques de banque et d'un meurtre, celui de M.Cauet, marchand de bestiaux à Vauchelles-les-Auties, abattu d'une balle dans le foie le 13 janvier 1948. 27 ans. Assassin du réverend père Ildefonse (né Henri Cady), trappiste trésorier à l'abbaye d'Aiguebelle (commune de Montjoyer), le 28 octobre 1891, pour lui voler 15.000 francs. Rose Boulet et Marie-Rose Bringer, veuve Boulet. Guillotiné. Condamné pour vols et désertion. 27 ans, ouvrier agricole. Exécution prévue à Saint-Etienne. Egorgea à coups de rasoir le 1er avril 1922 Mme Rolland, repasseuse, son ancienne maîtresse, et Mathilde, cinq ans, leur fillette, parce que la jeune femme refusait de revenir avec lui. Pauline voulait se débarrasser de sa rivale, Beaujan se venger de Valentine qui avait conseillé, quelques mois plus tôt, à sa compagne et "gagneuse" de le laisser tomber. Attaquent le 08 juin 1932 à Saint-Victor-Malescours M.Jacques Convert, cultivateur, en l'assommant de deux coups de battoir de baratte, avant de le piquer à coups de tisonnier pour lui faire avouer où il cache son argent. Cultivateur à Vignoux-sur-Barangeon. MITTERAND (François) Travaille dans le service public à Vichy pendant la guerre.Décoré de la Francisque. 25 ans, enfermé en maison de correction à Mettray jusqu'en 1869. Empoisonna son mari en lui faisant avaler du cidre et du potage mêlés de phosphore à trois reprises. PARRICIDE, 37 ans, jardinier. Le 10 juin 1893, frappe, torture et défenestre depuis le quatrième étage Mathilde Forty, 20 ans, ouvrière au chômage, prostituée occasionnelle - Lesteven est son premier "client". Condamné à quatorze ans de travaux forcés le 05 juin 1928 à Montbrison pour avoir étranglé sa grand-mère, la veuve Voron, 79 ans, à Saint-Etienne en 1927 (dans le cas d'un parricide, verdict mitigé, car Mme Voron mère vint avouer à la barre que Roger était l'enfant d'un adultère, et que sa victime n'était donc pas sa grand-mère de sang). Il révèle son crime, passé alors pour une maladie foudroyante, au cours d'une dispute au cours de laquelle il menace son épouse et ses filles le 28 décembre 1948. Attaque le 28 janvier 1920 à Lureuil l'auberge Marié, et massacre à coups de hachette et de couteau, les soeurs Esther, 58 ans, et Marie Marié, 62 ans, tenancières des lieux, mais s'enfuit sans avoir le temps de rien voler. Tue à coups de sabot sur la tête le 25 janvier 1901 à Caumont M.Dupont, rentier, 82 ans, pour voler 150 francs. 49 ans, employé au chemin de fer et 24 ans, journalier, amant de la fille Courcaud. 35 ans et 46 ans. Tue au matin du 14 décembre 1926 à Marseille Louis Marbec, 21 ans, le mari de sa maîtresse Hélène, née Toso, 21 ans, de quatre balles dans le coeur. Tua le 19 juin 1925 sa patronne Mme Bocart à Aulnay-sur-Marne, sur la route entre Epernay et Châlons-sur-Marne, avant d'aller cambrioler sa maison. Mercier, qui purgeait à Poissy lui aussi une perpétuité pour vols à main armée commis en Saône-et-Loire, est condamné pour la seconde fois à la prison à vie. Le 2 janvier 1906, les mêmes tuent Marie Annothe à Cronbeke (Belgique), puis torturent et tentent de tuer à coups de matraquele fermier Louzie, 73 ans. Le 17 novembre, dans le maquis, il blesse grièvement le gendarme Ulmer. 22 ans, étudiant. Tua un gendarme. PARRICIDE, 30 ans. Etranglent avec un foulard le 21 octobre 1891, avenue de Neuilly, M.Ollivier, usurier, pour voler 1.000 francs d'argent et des titres de rente. 29 ans, ajusteur, déserteur de l'armée belge. Henri Lombard, le fils, 28 ans, intervient alors et il est frappé à coups de couteau par Emil Husar, ainsi que sa plus jeune soeur, Madeleine, 18 ans. Martinaud Brugère, 42 ans, frère de Guillaume est condamné à perpétuité. Là, tandis que Khouyya surveille, le jeune homme est violé par Abd-el-Kader, puis étranglé et égorgé. Aubergiste à Sotteville. 30 ans, manoeuvre. Son complice, Lucien Bassibey, est condamné à perpétuité. Lui-même est touché à la poitrine. 110 plaies sont relevées sur le corps.